Miguel Berbardeau, un acteur sans cesse en autocritique

5 choses que vous ignorez sur la carrière de Miguel Bernardeau

Miguel Bernardeau est un acteur qui enchaine les projets. Celui qui s’est fait connaitre du grand public grâce à la série Elite installe sa carrière en travaillant sur des productions de plus en plus importantes. L’occasion de dresser le portrait de ce comédien discret qui occupe parfois malgré lui la scène médiatique.

Miguel Berbardeau, un acteur sans cesse en autocritique
Miguel Berbardeau, un acteur sans cesse en autocritique

Miguel Bernardeau s’est très vite fait remarqué des producteurs notamment grâce à la série Elite qui lui a permis d’obtenir une visibilité internationale. Il est d’ailleurs l’un des espoirs du cinéma espagnol. Mais que savez-vous de lui? La réponse sera quasiment tout après avoir lu ce qui suit.

1/ Miguel Bernardeau, la vocation d’acteur dans le sang :

Miguel Bernardeau est né en 1996 à Valence dans une famille d’artistes. En effet, sa mère Ana Duato est une célèbre actrice en Espagne et son Miguel Ángel Bernardeau est un producteur de séries qui a notamment produit Hit ou encore Fugitiva sur Netflix. D’ailleurs, c’est lui qui offre à son fils son tout premier rôle dans la fiction culte Cuéntame cómo pasó en 2016. Miguel évoque sans difficulté sa famille notamment au site El pais et pour cause, on peut dire qu’il a quasiment grandi devant les caméras en accompagnant ses parents sur leurs tournages :

J’ai des souvenirs de tournage avec ma mère. Je suis très reconnaissante d’avoir des parents qui comprennent le métier, et c’est très important dans ma carrière, ils peuvent me donner des conseils. Je connais beaucoup de gens qui n’ont pas de parents qui les soutiennent et ça craint.

Miguel Berbardeau au site El pais.

Toutefois, Miguel Berbardeau tient à poursuivre sa propre route et après son bac il confirme son désir de devenir acteurs. Il part avec le soutien de sa famille aux Etats-Unis pour étudier les arts dramatiques et l’anglais qu’il maitrise donc à la perfection. Une décision qui permet de montrer qu’il ne compte pas sur ses relations pour faire carrière et qu’il tient à montrer par lui-même ce dont il est capable.

Pour conclure, sa soeur Maria Berbardeau est aussi actrice et joue dans la série Cuéntame cómo pasó. Bref, la comédie est bien une affaire de famille et on imaginerait bien les voir tous réunis dans une production. Pourquoi pas un jour peut-être?

2/ Une carrière qui démarre très rapidement :

 Miguel Bernardeau commence donc véritablement sa carrière à son retour des États Unis en passant comme indiqué plus haut par la série familiale Cuentame. Cette dernière lui permet de se faire remarquer par la chaine publique TVE qui lui offre son premier rôle titre sur Playz. Ainsi, en 2017, il intègre le casting de la web-serie Inhibidos dont les épisodes sont rassemblés en un seul film. Les programmes de cette plateforme sont très populaires en Espagne et ont permis de faire contraires d’autres talents dont Oscar Casas et Maria Pedraza grâce à la fiction Si fueras tu. C’est un site totalement gratuit sur lequel on y retrouve des productions originales.

Véritable tremplin, il enchaine ensuite avec la comédie ‘Sabuesos’ qui raconte l’histoire d’Alberto, un jeune qui rêve de devenir détective privée et qui se faire accompagner dans ses enquêtes par son chien prénommé Max.

3/ Elite, une popularité qui explose mais qu’il a parfois du mal à assumer :

Depuis 2016,  Miguel Bernardeau n’arrête pas de travailler, mais c’est la série Elite qui va lui permettre de gagner en notoriété. En effet, en 2018, le public de Netflix le découvre dans la peau de Guzman, un adolescent aisé qui est confronté au meurtre de sa soeur. Toutefois, il ne connaissait au moment du tournage l’importance du projet. Son personnage agace avec un rôle de bourgeois qui va peu à peu évoluer. Il a notamment expliqué au site El Mundo :

J’aime qu’Elite soit conscient de ce qu’il est et ne prétend pas l’être plus ou moins. Mais derrière le scintillement et la vitesse, il y a un message que vous pouvez prendre et qui montre ce qu’est cette génération. Avec mon personnage, vous voyez comment il passe d’être raciste et xénophobe à tout accepter, dans ma dernière saison, il y a des relations sexuelles de toutes sortes et avec toutes sortes de personnes. Cela contribue à normaliser les avancées que notre génération a introduites en la matière.

Miguel Bernardeau au site El Mundo.

Après 32 épisodes, il décide de quitter la série laissant la porte ouverte à une éventuelle apparition pour le final. Toutefois, son choix de partir vient d’une volonté de passer à la vitesse supérieur et de montrer qu’il n’était pas que Guzman notamment en travaillant sur des rôles différents.

4/ Un désir de travailler sur des productions internationales mais un esprit d’autocritique :

Miguel Bernardeau a la volonté de travailler sur des projets internationaux même si pour pour lui, la tournure qu’a pris sa carrière reste incroyable.

Je n’ai pas peur de la fin d’Elite, j’ai peur qu’ils ne m’appellent plus, ne travaillent plus et ne puissent plus vivre de ça. C’est la peur de se réveiller un jour, que personne ne vous appelle et de devoir regarder en arrière pour voir ce que vous avez fait de mal.Dans mon cas, c’est parce que j’ai vu des génies absolus dans les écoles où j’ai été aux États-Unis, à Londres et ici qui ne travaillent pas, des gars qui font une demi-heure de monologue en se parlant et t’appellent qui tu penses sont bien pires.Je suis tellement autocritique que j’envisage la chute après tant de chance.

 

Miguel Bernardeau au site El Mundo.

Toutefois, son départ d’Elite n’a en rien entaché sa popularité. D’ailleurs, il coïncide avec son intégration au casting de  Playa Negra, un thriller produit par Gaumont tourné à Lanzarote et produit par son père. Miguel Bernardeau interprètera Hugo, un jeune homme qui est à la recherche de ses origines avec le surf comme thématique en toile de fond.

Il tourne aussi dans Todo lo otro pour HBO créée par Abril Zamora. La série raconte les crises d’un groupe de citadines qui se retrouvent enfermées dans des vies qu’elles imaginaient autrement.

Côté cinéma, il joue dans le film Josefina avec Emma Suarez et dans Ola de crímenes avec Paula Echevarria et envisage déjà d’écrire sa propre production. En effet, il a indiqué avoir commencé l’écriture d’un scénario mais ces écrits sont pour l’instant personnel bien qu’il envisage doucement la production d’une de ses créations…

Enfin, il intègre le casting de 1899 des créateurs de Dark qui est diffusée sur Netflix et surtout il devient le nouveau Zorro espagnol. Toutefois, c’est dans un autre rôle qu’il est très attendu.

5. Sa difficulté à vivre la célébrité :

On aurait pu croire que Miguel Bernardeau avait l’habitude de la célébrité. En effet, il vient d’une famille d’artistes et a toujours été plus ou moins dans la lumière. Toutefois, il vit mal cette sur-médiatisation. Il n’est pas un adepte des réseaux sociaux, apprécie qu’on le reconnaisse et qu’on aime son travail mais a du mal à supporter qu’on le mettre une caméra sous le nez en dehors des plateaux. Il s’est confié au site el pais :

J’apprécie beaucoup l’intimité et ça me manque vraiment de pouvoir observer sans être observé, sans que la personne que j’observe ne s’énerve. J’ai perdu ça. Maintenant, ils ne regardent que moi. Cette célébrité a ses avantages et ses inconvénients. J’ai pu développer des choses qui me tiennent à cœur, travailler avec des ONG qui valent la peine… mais on perd la possibilité de l’anonymat. Pour un artiste c’est très compliqué, tu as le sentiment que tout ce que tu fais va être critiqué, que tu es sous le feu des projecteurs.Si je pouvais faire mon travail sans être connu, je le ferais.

Miguel Berbardeau au site El pais.

Cette pression médiatique est d’autant plus intensifiée par le fait qu’il est en couple depuis 2018 avec la chanteuse Aitana considérée pour l’étoile de la pop en Espagne. Durant plusieurs années, les deux stars ont choisi de se cacher pour finalement vivre leur histoire au grand jour voir même de la mettre en scène. Ainsi, le duo a décidé d’accepter la proposition de travailler ensemble dans La última, la première production originale de Disney+ España.

« Pour ce tournage, nous avons dû oublier que nous étions un couple et mettre cette dynamique de côté simplement être partenaires. Rien de plus. » ont-ils déclaré à l’unisson à la revue Vanity fair

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

deux × 4 =