La Montée Ibérique au festival de cannes

#Cannes2022 : Le programme est très prometteur

Le 75 ème Festival de Cannes est officiellement lancé. Durant 12 jours, les festivaliers auront la possibilité de découvrir une large sélection de productions venues des quatre coins du monde. Cette année, l’Espagne et l’Amérique latine sont présents dans de nombreuses sélections.

Nous vous rappelons que vous pouvez suivre le festival directement dans notre rubrique spéciale autour de l’événement ainsi que sur nos réseaux sociaux.

La Montée Ibérique au festival de cannes
La Montée Ibérique au festival de cannes

Le 75 ème Festival de Cannes se tient du 17 au 28 mai. Comme chaque année, de nombreux cinéastes seront présents aussi bien dans les sélections officielles que dans le marché du film. Nous avons tenté de regrouper pour vous quelques unes des productions qui représenteront entre autre l’Espagne, la Colombie, l’Argentine, le Chili et le Costa Rica. Et oui, cette année le Festival de Cannes nous fera traverser les continents.

Rendez-vous avec…

Tout d’abord en préambule de la sélection, sachez que le Festival de Cannes a mis à l’honneur des talents que vous connaissez bien : Rossy de Palma et Édgar Ramírez.

En effet, Rossy de Palma est la présidente du jury de la caméra d’or qui récompense un premier film. Actrice emblématique du cinéma espagnol elle est aussi une icône de mode et depuis peu une star du petit écran avec la série Era una vez à voir sur Netflix.

L’acteur et producteur né au Venezuela, Édgar Ramírez fut l’inoubliable Carlos d’Olivier Assayas. Il fait partie du jury un certain regard. En 2022, on le retrouvera dans Florida Man sur Netflix, dont il tient le rôle-titre, et Borderlands pour Lionsgate. Il a été deux fois nommé aux Golden Globes pour son interprétation du rôle de Carlos dans le film d’Olivier Assayas et de Gianni Versace dans la série American Crime Story.

Les « Rendez-vous avec… » sont des rencontres entre les artistes et le public du Festival. Ils permettent de recueillir la vision et la parole de grandes personnalités du cinéma venues du monde entier. Des moments rares de partage et de cinéphilie, de transmission et d’émotion.

Pour cette édition 2022, l’acteur espagnol Javier Bardem fait son retour pour partager ses expériences de cinéma avec le public cannois, après lui avoir présenté en Compétition Everybody Knows d’Asghar Farhadi en ouverture du Festival 2018.

La sélection du Festival de Cannes :

Albert Serra est le cinéaste qui représentera l’Espagne dans la compétition officielle du Festival de Cannes. En effet, après la mort de Louis XIV, le réalisateur sur la Croisette Pacifiction une co-production.

Synopsis : Sur l’île de Tahiti, en Polynésie française, le Haut-Commissaire de la République De Roller, représentant de l’État Français, est un homme de calcul aux manières parfaites. Dans les réceptions officielles comme les établissements interlopes, il prend constamment le pouls d’une population locale d’où la colère peut émerger à tout moment. D’autant plus qu’une rumeur se fait insistante : on aurait aperçu un sous-marin dont la présence fantomatique annoncerait une reprise des essais nucléaires français.

La compétitions un certain regard sera l’occasion de découvrir DOMINGO Y LA NIEBLA du réalisateur Ariel ESCALANTE MEZA.

Synopsis : La maison de Domingo dans les montagnes du Costa Rica est sur le point d’être expropriée à cause de la construction d’une autoroute. Mais, ses terrains cachent un secret: le fantôme de sa femme défunte lui rend visite dans la brume. Domingo est convaincu qu’il ne cédera jamais ses terrains, même si cela signifie recourir â la violence.

  • Cannes première :

Rodrigo Sorogoyen est de passage par le festival de Cannes pour la première fois. Le réalisateur qui enchaine les succès aussi bien sur le petit sur sur le grand écran présentera en avant-première As Besta, un film qui est une co-production entre l’Espagne et la France ».

Synopsis : Antoine et Olga, un couple de français, sont installés depuis longtemps dans un petit village de Galice. Ils pratiquent une agriculture écoresponsable et restaurent des maisons abandonnées pour faciliter le repeuplement.Tout devrait être idyllique sans leur opposition à un projet d’éolienne qui crée un grave conflit avec leurs voisins. La tension va monter jusqu’à l’irréparable.

MI PAIS IMAGINARIO de Patricio Guzman :

Synopsis : « Octobre 2019, une révolution inattendue, une explosion sociale. Un million et demi de personnes ont manifesté dans les rues de Santiago pour plus de démocratie, une vie plus digne, une meilleure éducation, un meilleur système de santé et une nouvelle Constitution. 
Le Chili avait retrouvé sa mémoire… L’événement que j’attendais depuis mes luttes étudiantes de 1973 se concrétisait enfin ».
Patricio Guzmán

  • Cannes courts-métrages :

LUZ NOCTURNA de Kim TORRES :

Synopsis : Ale, une jeune femme de dix sept ans, vit dans une zone rurale du Costa Rica avec ses deux jeunes frère et soeur. À travers des paysages qui se nourrissent de silence, de ressentiment et de bref moments de joie, Ale essaiera de les protéger de la vérité brûlante : leur mère ne reviendra pas.

La Quinzaine des réalisateurs :

La Quinzaine des réalisateurs est une des sélections parallèles présentes durant le Festival de Cannes. Cette année, les productions en langue espagnole sont nombreuses dont trois longs-métrages :

  • 1976 est le premier long-métrage de la réalisatrice chilienne Manuela Martelli.

Synopsis : Chili, 1976. Trois ans après le coup d’État de Pinochet, Carmen part superviser la rénovation de la maison familiale en bord de mer. Son mari, ses enfants et petits-enfants vont et viennent pendant les vacances d’hiver. Lorsque le prêtre lui demande de s’occuper d’un jeune qu’il héberge en secret, Carmen se retrouve en terre inconnue, loin de la vie bourgeoise et tranquille à laquelle elle est habituée.

  • El Agua est aussi un premier film et concoure donc en parallèle pour la caméra d’or. Il s’agit d’une réalisation de la cinéaste espagnole Elena López Riera.

Synopsis : C’est l’été dans un petit village espagnol du sud-est. Une tempête menace de faire déborder à nouveau la rivière qui le traverse. Une ancienne croyance populaire assure que certaines femmes sont prédestinées à disparaître à chaque nouvelle inondation, car elles ont « l’eau en elles ». Une bande de jeunes essaie de survivre à la lassitude de l’été, ils fument, dansent, se désirent. Dans cette atmosphère électrique, Ana et José vivent une histoire d’amour, jusqu’à ce que la tempête éclate.

  • Un varon est un film colombien du cinéaste Fabian Hernandez qui s’inspire d’une histoire réelle.

Synopsis : Carlos vit dans un foyer du centre de Bogotá, un refuge à l’abri duquel la vie se fait un peu moins violente qu’à l’extérieur. C’est Noël et Carlos aimerait partager un moment avec sa famille. À sa sortie du foyer, Carlos est confronté à la rudesse des rues de son quartier, où règne la loi du plus fort. Carlos doit montrer qu’il peut lui aussi être l’un de ces mâles alpha. Il lui faudra choisir entre adopter ce codes d’une masculinité agressive, ou, à l’opposé, embrasser sa nature profonde.

  • La sélection courte voit l’arrivée de THE SPIRAL de la réalisatrice argentine María Silvia Esteve.

Un audio WhatsApp commence, et avec lui, une spirale descendante se débobine. La voix d’une femme sombrant dans une crise d’angoisse, tisse précipitamment un labyrinthe complexe de peurs et d’émotions. La Spirale est une plongée dans une chevauchée solitaire, une escalade hypnotique vers l’enfance, la famille et la solitude du « chez soi ». Peut-on vraiment se sentir « chez soi » ?

  • Le second long-métrage s’intitule ARIBADA. Il s’agit d’un film entre fiction et documentaire.

Au milieu de la région du café colombien, Aribada, le monstre ressuscité, rencontre Las Traviesas, un groupe de femmes trans indigènes issues des tribus Emberá. Le magique, l’onirique et le performatif coexistent dans leur monde unique – un univers esthétique et spirituel dans lequel le documentaire et la fiction se fondent dans un récit transculturel. Enchantée par la beauté et le pouvoir de leurs jais (esprits), Aribada décide de rejoindre Las Traviesas pour créer leur propre communauté trans*futuriste.

La Semaine de la critique :

Après une sélection dans la compétition courts-métrages du 70ème festival de Cannes, Andrés Ramírez Pulido revient avec un long-métrage qui s’intitule La Jauría et il est soutenu par le CNC (Aide aux cinémas du monde), la Fondation GAN, le FDC Proimagenes et le Hubert Bals Fund.

Synopsis : Eliú, un garçon de la campagne, est incarcéré dans un centre expérimental pour mineurs au cœur de la forêt tropicale colombienne, pour un crime qu’il a commis avec son ami El Mono. Chaque jour, les adolescents effectuent des travaux manuels éprouvants et suivent des thérapies de groupe intenses. Un jour, El Mono est transféré dans le même centre et ramène avec lui un passé dont Eliú tente de s’éloigner.

La semaine de la critique compte aussi trois courts-métrages en espagnol.

  • Las criaturas que se derriten bajo el sol du Chilien Diego Céspedes ;
  • Cuerdas de la cinéaste espagnole Estibaliz Urresola Solaguren ;
  • Nisam je stigao voljeti une coproduction de la cinéaste hispano-britannique Anna Fernandez De Paco.

Polaris, un documentaire à découvrir dans la sélection l’acid :

Synopsis : Capitaine de bateaux dans l’Arctique, Hayat navigue loin des Hommes et de son passé. Quand sa sœur cadette Leila met au monde une petite fille, leurs vies s’en trouvent bouleversées. Guidées par l’étoile polaire, surmonteront-elles le lourd destin familial qui les lie ?

Comme chaque année, vous pourrez suivre le Festival de Cannes directement dans notre rubrique spéciale dédiée à l’événement !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

2 × 5 =