You are here
Home > A la une ! > #FCEN2018 : 1, 2, 3, listos, Ya !

#FCEN2018 : 1, 2, 3, listos, Ya !

Nos amis du Festival du Cinéma Espagnol de Nantes (#FCEN2018) récidivent et pour la 28ème fois ! Et ce n’est pas pour nous déplaire puisque la ville de Nantes vit au rythme Espagnol pendant 10 jours. Nous sommes heureux de la confiance du Festival qui nous accrédite une nouvelle fois pour couvrir l’évènement.

Fidèles lecteurs et petits nouveaux, vous pourrez suivre nos aventures de festivaliers dans notre rubrique « Festival de Nantes ». 

Le Festival du Cinéma Espagnol de Nantes, bilan de l’année 2017.

Le FCEN2017 a conclu son édition avec plus de 28 000 spectateurs ! Ce chiffre impressionnant démontre l’influence de ce festival et l’intérêt porté pour le cinéma Espagnol en France. Ainsi, plus de 7000 élèves et étudiants ont assisté aux projections qui leur sont réservées et pour lesquelles un réel travail est réalisé. Des dossiers, des travaux post visionnage pour les professeurs. La culture Espagnole voyage et s’installe toujours un peu plus pour partager l’histoire de nos voisins de la péninsule Ibérique.

Pour en finir avec les chiffres : 250 projections, 70 films et plus de 80 invités. Par conséquent, 2018 s’annonce comme étant aussi une prometteuse.

Le #FCEN2018  et sa 28 ème édition.

Quelle affiche  qui est aussi l’occasion de faire un nouveau clin d’oeil à Jorge Fuembuena. En effet, ce photographe Espagnol a débuté sa carrière au festival de Nantes. Aujourd’hui, Jorge est un artiste incontournable. Vous souvenez-vous de la dernière cérémonie des premios Goya ? Les photographies de vos acteurs préférés sur un fonds bordeaux c’était lui ! Il est le chouchou du 7ème art. Alors, quant il prend une photo en 2017 à Nantes, on retrouve 3 grands acteurs qui jouent devant son objectif. Paco Leon, Emma Suarez et Belen Lopez, nous invitent à suivre les nouvelles aventures de ce festival de Nantes.

 

La compétition officielle : 4 sections pour 6 prix !

Le prix Jules Verne animera des débats entre les membres de son jury, nous en sommes certains. Il faudra choisir entre 6 films aux registres différents : El Autor de Manuel Martin Cuenca, Fé de etarras de Borja Cobeaba, Incerta Glória de Agustí Villaronga, Handia (qui a fait vibrer les goyas) de Jon Garaño et Aitor Arregi, la enfermedad del domingo de Ramón Salazar et enfin Selfie de Victor Garcia León.

Les documentaires ne sont pas restes avec 5 films en compétition : La batailla desconocida de Paula Cons, La Chana de Lucia Stojevic, El mar nos mira de lejos de Manuel Muñoz Rivas, Niñato de Adrián Orr et Saura(s) de Félix Viscarret.

La compétition Opera Prima ou premiers films attribué par un jury de journalistes… Un jury qui aura du travail pour se décider entre Errementari, el Herrero y el diablo de Paul Urkijo, Con el viento de Meritxell Colell, No sé décir adios  de Lino Escalera, Julia Ist de Elena Martin et Pieles de Eduardo Casanova.

Pour finir les courts-métrages seront au rendez-vous. D’ailleurs, 6 d’entre eux sont en compétitions. Los invitados siempre vuelven de Diego Sabanés, Ladia de Álvaro Congosto, Marta no viene a cenar de Macarena Astorga, Matria de Álvaro Gago, Madre de Rodrigo Sorogoyen ou El escarabajo al final de la Calle de Joan Vives qui sera votre coup de coeur ? Et oui c’est vous spectateurs qui décidez !

Les films hors compétition :

Le FCEN2018 ne déroge par à ses habitudes et par conséquent, vous retrouverez sa fenêtre Basque. Cette section se centre sur le travail des réalisateurs et acteurs de la région Basque. L’Euskera mis en avant et c’est toujours un bonheur de découvrir la sensibilité et le talent des artistes de cette région. 8 longs-métrages, 15 courts-métrages et pas moins de 10 invités.

Le festival garde aussi une place pour les films déjà sortis  à voir ou à revoir tel que  Eté 93 de Carla Simón, El Présidente de Santiago Mitre avec le grand Ricardo Darin et Verónica de Paco Plaza pour un peu de frissons.

Enfin, la comédie... ce genre qui nous fait du bien. Un cycle « Rires et Délires dans le cinéma Espagnol » est lancé ! Et comme, il faut aussi que vous travaillez nous allons vous citer qu’une partie des oeuvres proposées pendant ces 10 jours : Abracadabra de Pablo Berger, El bar d’Alex de la Iglesia, Carmina o revienta du Chouchou Paco León ou encore Jamón, Jamón de Bigas Luna… Et la liste est encore longue ! Profitez pour voir et revoir ces oeuvres.

Une série TV comme l’année dernière est mise en avant!

La production pour movistar+ Vergüenza dont nous vous avons déjà parlé avec Javier Gutiérrez et Malena Alterio.

Ensuite on peut s’arrêter sur la participation de Cali. Le chanteur est petit-fils d’un immigré Espagnol ayant fuit la dictature Franquiste. Une histoire forte qu’il raconte dans son ouvrage Seuls les enfants savent aimer. Vous pourrez le rencontrer lors de la présentation de son livre et un concert unique au sein du magnifique Théâtre Graslin le 30 mars ! Le RDV est pris !

 

 

 

 

Enfin, l’HOMMAGE ! Pilar Martinez Vasseur, co-directrice du Festival ne s’est pas trompée en mettant en avant une femme. Une femme, une réalisatrice et une Artiste avec un A majuscule : Isabel Coixet. Rien que mettre en avant une femme REALISATRICE cela mérite une OLA! En effet, on compte sur les doigts d’une main les réalisatrices qui ont eu la possibilité de percer. Mais, Isabel Coixet orginaire de Barcelone est une réalisatrice Espagnole mais pas que ! En effet, c’est une citoyenne du monde. Une réalisatrice qui travaille en Anglais, en Français, en Catalan ou encore en Espagnol. Nous reviendrons sur son oeuvre. Toutes fois, on peut simplement vous rappeler que La Libreria son denier film a reçu le prix du meilleur film et meilleure réalisatrice aux Goyas.

Une rencontre entre vous et le cinéma espagnol

N’oubliez pas les expositions notamment au Musée Dobrée qui exposera les oeuvres des résidents de la Casa Velazquez ou encore celles de Jardiel Poncela sur les métiers du cinéma à Cosmopolis.

Cosmopolis, espace derrière le théâtre de Graslin, lieu d’échange et des rencontres entre les artistes et leur public. Venez nombreux entrée libre, petit stand Fnac avec les livres en lien avec le festival, petite cafétéria où se mélangent les langues Espagnols et Français entre autre. Et où nous espérons vous croiser.

Côté Cinéma juste à côté du Théatre Graslin, le Katorza est The place to be ! Réservez vos places et on s’y croisera forcément. Lancez un « LA MONTEE IBERIQUE » de vos douces voix et on vous fera signe !

Enfin, n’oubliez pas que les films sont sous-titrés en Français et accessibles à tous. Amateurs, habitués, passionnés ou tout simplement curieux, foncez au Katorza !

En attendant, préparez vous à vivre du 28 mars au 8 avril 2018, une dizaine à l’Espagnol. Et nous remercions de nouveau l’équipe du Festival du Cinéma Espagnol de Nantes pour son accueil, leurs petits soins et enfin pour leur amour du cinéma Espagnole. 

Source : www.cinespagnol-nantes.com / Conférence de presse du 22 mars 2018 Hôtel de Francé de Nantes.

 

Pierre
Pierre
Grand consommateur depuis une quinzaine d'année des productions audiovisuelles espagnoles, je profite de cet espace pour vous en parler et vous donner mon avis.

Laisser un commentaire

Top