You are here
Home > A la découverte de... > #fcen2016 : Zoom sur Daniel Guzman

#fcen2016 : Zoom sur Daniel Guzman

Daniel Guzman est venu présenter son film A Cambio de nada au Festival du Cinéma Espagnol de Nantes 2016 et nous nous sommes faufilés à la rencontre organisée avec son public. 

image

Avec A Cambio de Nada, Daniel Guzman rencontre un vrai succès auprès du public, de la presse et aussi de ses paires. Goya du meilleur premier film, 4 récompenses au festival de Malaga, A Cambio de Nada a même séduit le public français en obtenant le prix de meilleur film aux festival Cine España de Toulouse puis en début d’année au festival du cinéma espagnol d’Ajaccio.

Pourtant, avant d’être réalisateur Daniel Guzman était surtout un acteur populaire qui a mis sa carrière entre parenthèse pour réussir à monter son premier film. Le théâtre, le cinéma et les séries lui ont permis d’obtenir une notoriété et aussi acquérir différentes expériences professionnelles.

Le public espagnol et une partie des Francophones l’ont découvert dans la série à succès Aqui No Hay Quien Viva d’Antena3 dans le rôle de Roberto le fïancé et ex-fiancé de la « Pija » Lucia (Maria Adanez). C’est cette fiction qui lui permettra à l’époque d’entrer dans le coeur du grand public.

Originaire d’une famille humble et d’un quartier ouvrier, Daniel passe une adolescence difficile avec la séparation de ses parents. Artiste dans l’âme, sous le pseudonyme Tifon, il s’exprime dans la rue en réalisant des graffitis qui sont vites repérés. Son talent fera alors l’objet d’un documentaire sur la TVE. Ce film selon ses propres mots était :

une bonne excuse pour louper des cours et en plus il était payé pour jouer.

Après cette expérience, il comprend que l’interprétation est ce qu’il souhaite faire dans la vie. Il étudie alors l’art dramatique et continue toujours de se former pour continuer de se dépasser. Il commence sa carrière sur les planches des théâtres espagnols. Hasard de Nantes ou pas, Fernando Leon de Aranoa (A Perfect Day) mit à l’honneur cette année qui lui offre son premier rôle dans le court-métrage Sirenas et puis lui confiera quelques années plus tard un rôle dans le long-métrage Barrio.

Daniel sait mélanger les genres, les styles, le travail pour le cinéma ou la télévision.

En 2003, il passe à la réalisation et tourne son premier court-métrage SUENOS qui lui vaut de  remporter un Goya.

EN 2008, il met en stand-by sa carrière d’acteur pour écrire et réaliser son premier long-métrage À Cambio de Nada. Presque 10 ans de travail pour écrire, financer et trouver le casting pour ce film…

SA RENCONTRE AVEC LE PUBLIC NANTAIS

image

Daniel est arrivé au Cosmopolis touché par la présence du public suite à la diffusion du film dans les salles de Katorza. Ces rencontres sont importantes pour lui puisqu’elles lui permettent de partager son travail et de fusionnel avec les spectateurs.

Plein d’humour, la rencontre fût un moment très agréable et ouvert au partage avec l’artiste qui a su rester simple malgré le succès.

A cambio de nada est une oeuvre totalement autobiographique. Le seul personnage inventé est Caralimpia qui était une étape importante pour montrer les relations intergénérationnelles.

Dario (le personnage principal) est donc son altérégo, Luismi est son meilleur ami d’enfance, le tournage s’est fait dans l’appartement de ses parents, l’appartement des la famille de Luismi est celui qu’occupait le vrai Luismi et la grand-mère et sa grand-mère. Tout était proche de la réalité. Le collège du film est le collège où il allait (enfin pas beaucoup ;)) D’ailleurs il a même donné un rôle au directeur qui l’a viré de l’établissement…

Concernant la Grand-mère qui est sa vraie grand-mère comme nous vous l’avions dit était pour Daniel le lien entre ses parents au moment de la rupture. Dans le film, elle n’est pas la vraie grand-mère même si d’une façon elle l’adopte. Elle a un besoin comme l’ensemble des personnages d’affection. Sans cette relation filiale, Dario peut aussi créer un mensonge qui vient un peu dans une « morale » que la vérité sort toujours à un moment où à un autre et qu’un mensonge ne peut pas être une base solide. Et on revient au titre donner de l’amitié en ne demandant rien en échange. Comme le chantait Goerges Brassens l’amitié n’a besoin de rien en échange…

Dario en fuguant souhaite attirer l’attention de ses parents sur la détresse dans laquelle il se retrouve. Et surtout en allant dans la rue, il souhaite finalement apprendre et pour cela il doit commencer à travailler. En tombant sur Caralimpias, il trouve une figure parternelle qui est totalement différente de celle de son père biologique. Undélinquant, une vision un peu de l’homme mauvais. (Ne pouvant pas dévoiler tout le film je suis obligé de m’arrêter).

Antonio Bachiller qui interprète Luismi a passé le casting et a réussi à capter l’essence di personnage. Un protagoniste qui a une forte écoute et un physique qui correspondait. Ce fut rapide.

Pour Dario le processus a duré deux ans. Le temps que Daniel ait le déclic que ce n’est pas lui même qu’il cherchait. Un soir, en sortant du théâtre, il croise le regard de Miguel Herran dont il  ressent une force mais aussi une tristesse qui l’intéressait. Deux essais ont été passés et ce fût selon les propres mots du réalisateur  les pires de tous… Au troisième, Miguel part au milieu et au quatrième il ne s’est même pas présenté. Daniel su à ce moment que c’était lui qu’il cherchait.

Pour le moment, le film n’est pas prévu en France mais se fait remarquer en accumulant les sélections dans les festivals internationaux. On espère que vous pourrez le découvrir très prochainement… 

Pierre
Pierre
Grand consommateur depuis une quinzaine d'année des productions audiovisuelles espagnoles, je profite de cet espace pour vous en parler et vous donner mon avis.

Laisser un commentaire

Top