#Cinema : Douleur et gloire, les tumultes de Pedro Almodovar

Dolor y gloria/ Douleur et gloire a marqué une étape dans la filmographie de Pedro Almodovar car il s’agit d’un film pour lequel il s’est légèrement inspiré de sa vie. Un long-métrage qui fut en compétition officielle au festival de Cannes en 2019 et qui a permis de mettre en valeur le talentueux Antonio Banderas.

Dolor y gloria est un long-métrage de Pedro Almodovar. Sorti en mars 2019 en Espagne, le public s’est bousculé pour découvrir la nouvelle oeuvre de l’artiste qui marquait aussi le retour d’Antonio Banderas dans son pays d’origine et dans un rôle bien éloigné de ceux auxquels il nous avait habitué.

Dolor y gloria, un film un brin autobiographique?

Douleur et Gloire raconte une série de retrouvailles après plusieurs décennies, certaines en chair et en os, d’autres par le souvenir. On y découvre l’histoire d’un réalisateur en souffrance et les regrets qui entourent sa carrière. Premières amours, ceux suivent, sa mère, la mort, les acteurs avec qui il a travaillé, les années 60, les années 80 et le présent… Toute sa vie est retracée avec au centre un drama qui a fait son succès : l’impossibilité de séparer création et vie privée. Finalement, sa carrière a laissé place à ce vide, l’insondable vide et surtout l’incapacité de continuer à tourner. Un questionnement de ce qu’est un artiste qui ne sait plus créer.

Dolor y gloria est un film très différents des autres réalisations de Pedro Almodovar. Pas autobiographique certes, on imagine pourtant que l’artiste s’est largement inspiré de sa vie pour l’écrire. En effet, Pedro Almodovar a décidé de se charger lui-même de raconter cet autre aspect de son existence dont il n’avait jamais parlé avant dans son 21e long-métrage.

Dolor y gloria retrace les heures sombres d’un réalisateur à succès sur le déclin. Il écrit, mais n’arrive pas à montrer ses oeuvres et est rongé par les remords des amitiés perdues.

La critique de la rédaction :

Douleur et gloire est un film reposant au rythme très long. Il nous balade dans la vie de cet artiste dont on découvre l’histoire et celle des personnes qui ont un jour croisé son destin. On salue surtout la performance d’Antonio Banderas totalement méconnaissable. D’ailleurs, ce dernier mérite sans hésitation son prix d’interprétation. Il a su donner à son personnage toute la chaleur et l’intensité pour le rendre unique.

Côté casting, Asier etxeandia est l’autre grand acteur de ce film. Un personnage tourmenté qui lui permettra sans doute de se faire connaître sur la scène internationale. Enfin Leonardo Sbaraglia que nous avions rencontré pour Felix y tient un second rôle intéressant.

Bien sûr, mention spéciale pour la participation de Penélope Cruz qui n’intervient que lors des flash-back.

Dolor y gloria/ Douleur et gloire n’est peut-être pas le film le plus marquant de Pedro Almodovar mais c’est en tout cas pour nous l’un de ses plus authentiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

quatre − 1 =