#Cannes2019 : Entretien avec Carla Simon

Réalisatrice catalane, Carla Simon a connu un succès international avec son film Eté 93. Présente à Cannes dans le cadre de plusieurs événements, nous avons pu échanger avec elle sur son succès et ses nouveaux projets.

Carla Simon est devenue une cinéaste très plébiscité. Sélectionnée par la Cinefondation, elle a pu séjourner une partie de l’année à Paris pour travailler sur son nouveau film.

Rencontre avec Carla Simon

Présente au Festival de Cannes, elle était l’une des speakers de CreativeEurope MEDIA.

Été 93, un succès international :

Été 93, un long-métrage qui séduit les festivals a commencé par la sélection Cannes Écrans Juniors qui l’a récompensé lors de la 70 ème édition du festival de Cannes.

Synopsis : Suite à la mort de ses parents, Frida, 6 ans, quitte Barcelone. Elle part vivre à la campagne chez son oncle, sa tante et leur petite fille de 3 ans. Le temps d’un été, l’été 93, Frida apprendra à accepter son chagrin. Ainsi, ses parents adoptifs apprendront à l’aimer comme leur propre fille.

L’histoire touchante vous plonge dans le quotidien de cette petite fille privée de ses repaires. Effectivement, Frida vient de perdre sa mère. Lorsqu’elle découvre son nouveau foyer, elle se met d’une certaine façon en « mode survie ». Au départ, elle observe et se comporte correctement. Peu à peu,  elle commence à s’opposer à sa nouvelle famille. Ainsi, elle teste les limites pour voir jusqu’où elle peut aller. En réalité, elle est comme anesthésiée d’un point de vue émotionnel.

Le récit de cette petite fille privée de ses parents est inspiré de faits réels. En effet, il s’agit de l’enfance de la réalisatrice Carla Simon. Elle a notamment déclaré :

Durant le tournage, j’ai ressenti le besoin de prendre de la distance vis-à-vis de mon passé. Si je voulais des interprétations réalistes, je ne pouvais pas reproduire les événements exactement comme dans mes souvenirs ou dans les images que je m’étais fabriquées avec le temps.

En plus du quotidien de cette petite fille, Été 93 s’intéresse aussi un sujet tabou pour l’époque : le sida. Effectivement, les parents de Frida sont décédés des suites de cette malade.

Au milieu des années 1980, les médias ont commencé à parler d’une « crise de l’héroïne », qui a entraîné une hausse des contaminations par le VIH. Les médicaments antirétroviraux ne sont arrivés qu’en 1994, il était déjà trop tard pour la plupart des gens de cette génération, y compris mes parents. Au début des années 1990, près de 21 000 personnes sont mortes du sida en Espagne, qui était alors le pays d’Europe le plus durement frappé par l’épidémie. À travers ce contexte, je montre qu’il ne s’agit pas seulement de mon histoire, mais aussi de celle de la génération de mes parents, qui a vécu la transition.

Été 93 a marqué les esprits et nous sommes impatients de découvrir le nouveau projet de Carla. D’ailleurs, nous ne manquerons pas de vous tenir informé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 − cinq =