You are here
Home > A la découverte de... > La Esclava Blanca : Nerea Camacho est prête à tout pour sauver sa famille

La Esclava Blanca : Nerea Camacho est prête à tout pour sauver sa famille

La Esclava Blanca est la nouvelle série colombienne à voir en prime-time chaque samedi soir sur France O. Un casting prestigieux pour une production qui reste à ce jour l’une des plus couteuse de Colombie. Que faut-il savoir de cette fiction?

 

Avec plus de 9 millions de budget, la esclava Blanca est une des plus importantes productions colombiennes.

La Esclava Blanca, une romance controversée :

Victoria était la fille de Domingo et doña Elena Quintero de riches propriétaires. Ces derniers sont assassinés par leur voisin Nicolás Parreño qui voulait s’emparer de leur propriété. Leur enfant est sauvée de justesse par sa nourrice noire Lorenza qui décide avec son mari de l’élever comme leur fille.

Les années passent et Victoria vit auprès de sa famille d’une couleur différente de la sienne. Elle suit leurs coutumes et tombe amoureuse de Miguel, le fils d’une esclave fugitive. Les deux pré-adolescents décident un jour de se rendre près de Santa Marta. Ils veulent voir comment vivent les blancs. Malheureusement, ils sont suivis et une personne pensant qu’une blanche est séquestrée donne l’alerte. De ce fait, des soldats débarquent dans la communauté. En parallèle, Nicolás Parreño comprend qu’il peut s’agir de l’enfant de ses voisins. Il décide alors de la faire assassiner. Victoria arrive pourtant à échapper à cette tentative de meurtre. Déshydratée après plusieurs jours à se fuir, elle fini par se réfugier dans une église. Le père Octavio accepte de la protéger et l’envoie de force dans un couvant en Espagne.

Arrivée dans ce pays qu’elle ne connait pas, elle doit réapprendre à vivre et surtout à lire, à écrire, à compter… Toutes fois, elle ne se familiarise pas avec cette religion. Elle reste fidèle aux coutumes de sa famille. Les années passent et Victoria devenue adulte décide de repartir à Santa Marta. Elle veut libérer ses parents adoptifs et retrouver son amour de jeunesse. Pour cela, elle usurpe l’identité de la marquise Lucía de Bracamonte qui doit épouser un Parreño. Néanmoins, arrivée sur place, elle va découvrir ses origines et mettre en place un plan pour se venger…

Une série au succès international porté par Nerea Camacho :

La Esclava Blanca est une série et non pas une télénovela. Effectivement, elle ne dispose que de 62 épisodes diffusé en 2016 en Colombie. La fiction fait parler d’elle et cela même avant sa diffusion notamment parce que son budget de plus de 9 millions de dollars est inédit dans ce pays. Par la suite, elle est diffusée dans toute l’Amérique Latine puis dans de nombreux Pays d’Afrique. En Europe l’Espagne s’en porte acquéreur tout comme la France et même l’Angleterre.

Il faut dire que la Esclava Blanca est une romance qui s’appuie sur un casting très attrayant. En effet, le producteur colombien a fait appel à l’actrice espagnole Nerea Camacho pour interpréter Victoria. D’ailleurs, la jeune comédienne a un visage très familier. Elle fut la deuxième plus jeune actrice à recevoir le prix Premio Goya du meilleur espoir féminin, en 2009 pour le film Camino. Par la suite, l’actrice est devenue l’un des personnages incontournable de la saga Tres metros sobre el cielo. Elle y interprétait la petite soeur de Babi (Maria Valverde). Oscillant entre films d’auteurs et fictions populaires, elle était donc la personne idéale pour offrir de la crédibilité à ce programme.

Par ailleurs, elle est aussi accompagnée de Miguel de Miguel, un acteur espagnol habitué des programmes colombiens. Le reste du casting séduit principalement l’Amérique Latine avec la comédienne Miroslava Morales qui vient du Panama, l’acteur portoricain Modesto Lacen, le présentateur mexicain Adrián Makala  ou encore la directrice de théâtre Norma Milagros Martínez Zevallos.

 La critique de la rédaction :

La Esclava Blanca est une série plutôt bien réalisée dont nous avons entendu parlé à de nombreuses reprises avant sa diffusion française. En effet, nous avions d’ailleurs pu nous entretenir avec des représentants de Caracol qui nous avait annoncé l’arrivée du programme en France.

Globalement, la série est largement portée par la jeune Nerea que l’on découvre dans un rôle titre. La comédienne fait preuve de maturité et ne fait que nous attacher à son personnage.
Côté récit, il ne faut pas oublier que l’histoire n’est pas inspirée de faits réels même si elle aborde la thématique bien réelle de l’esclavage. D’ailleurs de nombreux colombiens ont été choqués par les scènes de violences envers les esclaves aussi bien sur le plan physique que psychologique. Certains historiens ont par la suite déclaré que la série ne montrait pourtant qu’une infime partie des violences faites aux esclaves de l’époque.
Avec plusieurs récompenses, la esclava blanca est une romance plutôt agréable à regarder chaque samedi soir sur France O et la semaine sur le pluzz. Il ne manque que la version originale pour nous combler…
Si vous avez été séduit par la série, nous vous invitons à voter pour cette dernière aux Montée Ibérique Awards afin qu’elle remporte le titre de meilleure fiction latine !
Caroline
Caroline
Cinéaste passionnée par l'audiovisuel latino.
http://lamonteeiberique.com

3 thoughts on “La Esclava Blanca : Nerea Camacho est prête à tout pour sauver sa famille

Laisser un commentaire

Top